Assurer des vacances réussies en éliminant les menaces éventuelles

S’amuser au Pérou en prenant bien toutes les précautions nécessaires

préparer son voyage

Voyager comporte toujours une part de risque. Les accidents de la route, les changements d’habitude alimentaire ou de température ont, parfois, des conséquences sur la santé. Les pays exotiques présentent plus de dangers pour les non-initiés. Le Pérou, à cause de sa faune variée et de ses altitudes, cause souvent des désagréments à ses visiteurs.

Faire attention à ce que l’on ingurgite, eau ou nourriture

Le changement de pays amène forcément à modifier sa façon de manger. Ces découvertes constituent même un des plaisirs du voyage. Mais, cela ne vaut pas pour tout le monde. Certains touristes à l’estomac ou aux intestins fragiles pourraient mal supporter les plats des stands de rue. Au Pérou, il y en a énormément. Il vaut mieux choisir les étals qui vendent des produits cuits ou au moins bouillis. Ceux que les locaux préfèrent seront plus fiables que les autres, même au niveau du goût. D’une manière générale, les restaurants touristiques proposent des mets sûrs, mais avec trop peu d’originalité. En plus, il y a des spécialités qui ne s’y trouvent pas. Nous recommandons aussi aux voyageurs de prévoir un budget pour l’eau. Celui du robinet obéit à des normes différentes de celles de la France. Au moins, il faut faire bouillir cette eau avant de la consommer.

Les mesures nécessaires d’hygiène : les attitudes et habitudes à avoir

Ces attitudes aident à se maintenir en bonne santé. Sans verser dans la paranoïa, il faut admettre que les notions d’hygiène diffèrent au Pérou. De ce fait, se laver fréquemment les mains ne constitue pas un luxe. Le bon réflexe est d’avoir toujours un désinfectant avec soi. Comme nous parlons d’un membre, les pieds ne doivent jamais quitter leurs contenants. Des parasites ou des infections dues à de micro blessures restent possibles dans ces pays tropical. Des articles les abordent plus en profondeur pour ceux qui souhaitent en savoir plus.

De préférence, une préparation physique précède le départ au Pérou. L’ascension des différentes montagnes ou de simples balades provoquent facilement le soroche ou mal des montagnes. Dans le cas contraire, le voyageur laisse juste le temps à son corps de se faire à son nouvel environnement. Celui-ci qui s’épanouit généralement sous un soleil de plomb. Les non-habitués se verront vite souffrir à cause de la trop grosse chaleur. Même les locaux évitent de s’exposer inutilement. L’insolation est un mal désagréable, qui frappe quand on s’y attend le moins. Il vaut mieux l’éviter et se protéger avec un couvre-chef. La crème solaire et la bouteille d’eau deviennent les indispensables amis de vadrouille.

Concernant les vaccins à faire et les précautions en termes de sécurité

Avant le départ, une visite chez le médecin s’impose. Celui-ci se livrera obligatoirement à quelques séances de vaccination. Les enfants à partir de 9 mois ont droit à une injection contre la fièvre jaune, tout comme les adultes. Ils attendent 1 an pour en subir une qui prévient l’hépatite A. certaines zones ne nécessitent pas de faire des vaccins. Mais cela prive aussi les touristes d’une certaine spontanéité, car les cantonne à des régions précises du pays. Ceux contre l’hépatite B, la rage et la typhoïde deviennent nécessaires en cas de séjour prolongé.

La question de la sécurité mérite aussi d’être abordée. Les vols et agressions arrivent malheureusement dans tous les coins du pays. Afin de les éviter, la prudence est de mise. Les touristes se repèrent facilement et deviennent vite des cibles. Ne pas montrer des objets de valeur de manière ostentatoire. Dans les hôtels, il vaut mieux utiliser le coffre-fort à bon escient. Ne pas s’aventurer dans les ruelles ou les coins sombres (même à plusieurs). Lors des déplacements dans les villes, toujours garder un œil sur ses affaires et sur son voisin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × quatre =